Couches lavables et/ou couches jetables

Nombre de (futurs) parents se posent cette question : couches lavables, oui ou non ? Les raisons de vouloir utiliser des couches lavables sont nombreuses, aussi nombreuses que les modèles de couches qui existent… Autant dire que le sujet est vaste. Ces quelques mots ci-dessous ne représentent qu’une infime partie de ce qui peut être dit.

Étant dans un mode de vie qui tend vers le zéro déchet depuis plus de 4 ans, en apprenant ma grossesse, je savais que je voulais que mon bébé porte des couches lavables. Il est beau l’idéalisme mais où en est-on réellement ? Je vous confirme, ce dit-bébé (de 6 mois) porte des couches lavables (achetées d’occasion), oui à 50-70 % du temps. La raison est simple,  à sa naissance avec ses 2,390 kg, notre fille portait des couches prématurées… Nous n’avions pas prévu des couches si petites. Impossible donc de lui mettre les couches lavables que nous avions acheté. Débordés et fatigués pendant les premières semaines, nous ne sommes pas partis à la recherche de minuscules couches lavables. Nous avons acheté du jetable en attendant qu’elle grandisse un peu. Au bout d’un mois, les couches étaient toujours légèrement trop grandes (mêmes pour les plus petites que nous avions). Ce n’est qu’à partir du second mois que nous avons enfin pu alterner avec quelques couches lavables. Aujourd’hui, son poids n’est enfin plus un problème. Cependant, ses vêtements sont parfois trop étroits pour des couches lavables (jeans slim ou leggings). Donc notre stratégie est de mettre ces vêtements quand nous sortons et comme ça, on ne s’embête pas à garder des couches sales sur nous. Il nous arrive aussi parfois, d’avoir besoin d’une ou deux couches jetables de suite parce que nous avons mal organisé les tournées de linge et calculé le temps de séchage. Nous espérons que d’ici quelques temps, nous nous passerons totalement des couches jetables. Véritable honte pour nous d’aller en acheter et de les jeter…

Les couches lavables se déclinent sous trois formes :

– Tout-en-1 (TE1) : les inserts de cette couche se mettent à l’intérieur (glissés dans la poche), une fois la couche souillée, tout part au lavage.

– Tout-en-2 (TE2) : les inserts de cette couche se mettent à l’intérieur (posés sur la couche), une fois la couche souillée, la couche peut resservir avec un insert propre.

– Tout-en-3 (TE3) : cette couche se compose en trois parties (insert + couche + surcouche), une fois la couche souillée, la surcouche peut resservir avec un insert propre.

5

En ce qui concerne les tailles, soit on choisit un modèle taille unique donc de la naissance à la propreté (environ 3,5 kg à 15 kg) soit un modèle par tranche de poids (2-6 kg, 4-6 kg, 6-9 kg et 9-15 kg). Notez que les tranches de poids varient d’une marque à l’autre.

On peut trouver des couches à pressions, à scratchs ou à pressions et scratchs. Nous avons choisi les pressions, ça nous semblait plus durable, solide et propre car les scratchs peuvent devenir moins rigides et sales avec le temps. De plus, il existe également des accessoires, notamment les feuilles de protection qui permettent de retirer facilement les selles et ainsi de simplifier le nettoyage. Ces feuilles sont généralement compostables mais certaines sont lavables.

Un argument de choc, les couches lavables offrent un panel de coloris sympathiques. Les matières des couches et des inserts sont également intéressantes, en fonction de ce que l’on cherche, de la microfibre en passant par le bambou. Sur les photos de cet article, nous faisions encore des tests sur les inserts, notre fille portait deux inserts, un en microfibre et un en bambou. Certes, très absorbant mais la couche est très épaisse. Après moultes expériences, nous préférons les inserts en bambou. Ils sont très fins et absorbent vraiment bien. Vous l’aurez compris, il y en a pour tous les goûts. De plus, les couches lavables peuvent servir à plusieurs enfants et peuvent se revendre/donner ensuite…

L’idéal, bien-sûr, serait d’acheter des couches lavables d’occasion en très bon état et fabriquées en France… Sauf que l’on fait tous ce que l’on peut et ce n’est pas toujours ce que l’on veut.

On entend souvent « mais ça va me faire utiliser plus d’eau », sachez que la consommation d’eau pour fabriquer toutes ces couches jetables est gigantesque. On entend aussi « mais je n’ai pas le temps de frotter des couches », il suffit de s’organiser, c’est comme tout, quand on veut, on peut. Certes, les accidents arrivent, une couche peut fuir mais franchement, jetables ou lavables, une couche peut fuir…

Évidemment, les couches lavables ne sont pas au goût de tous, frotter les couches ou investir d’un coup peut faire peur. Dans ce cas, il existe toujours des couches faites à partir de matériaux respectant la santé de votre bébé et préservant l’environnement (qui peuvent se composter individuellement pour certaines). Concernant le prix, nos 23 couches et leurs 41 inserts/boosters d’occasions nous ont coûté (frais de port compris) = 324,55 €. Nous avons trouvé ce que nous cherchions auprès de 6 personnes dont une seule en Normandie pour une remise en mains propres. Nous comptons bien-sûr bien les entretenir et les revendre par la suite donc, à long terme, les frais concernant les couches lavables seront moindres. Deux liens utiles si vous voulez un vrai comparatif et des détails.

Après ces quelques mois à utiliser des couches lavables sur notre bébé, si j’avais un seul conseil à vous donner ça serait « acheter plusieurs marques et plusieurs tailles ». Vous ne savez pas comment votre bébé supportera telle ou telle marque, taille, matière (et j’en passe) ou encore tel ou tel système d’attache… Ne pas se focaliser sur un modèle d’une même marque est le secret, et, ce conseil ne se restreint pas qu’aux couches lavables. Et surtout ne pas culpabiliser et toujours essayer de faire au mieux, pour soi, sa famille et pour ses convictions.

1

Quelle est votre expérience concernant les couches lavables ? Une anecdote à nous partager ? Si vous n’avez franchi le cap, quelles sont vos appréhensions ?

# les mots en bleu et soulignés vous redirigerons vers des articles complets.

MinisBouilles

Ce contenu a été publié dans témoignage, ZD au quotidien. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.