Une alternative au papier toilette !

Un témoignage d’une de nos bénévoles:

« En ce début d’année, même pas peur de vous parler d’une alternative au papier toilette !!!!

Suite à la lecture de cet article écrit de façon humoristique, je me suis dit pourquoi pas ?

J’ai donc sorti de mon coffre à trésor une vieille serviette de toilette que j’ai découpé en rectangle de la taille d’une feuille de pq,  je les ai surfilé, puis mise dans une bannette en tissu maison. Un rectangle de tissu en coton léger cousu en étui servira pour mettre les feuilles usagées.

81716146_827569574375222_2474254526635311104_n
pq réutilisable
81760340_846166629166993_7092091711324684288_n

Petite précision je ne les utiliserai que pour » le cas du numéro 1″ comme le dit si bien l’auteure du blog slowandcute (bref le pipi quoi !)

Le + : à raison de 2 feuilles par utilisation et hummm étant une grosse consommatrice de thé et café donc 5 passages par jour au moins, cela fait un rouleau par semaine d’économisé donc de ressource en eau, énergie, et d’encombrement des stations d’épuration. Et une fierté d’avoir passé le cap 

Le – : Il faut au moins 20 « feuilles » par personne, plus si tu ne fais qu’une lessive par semaine… c’est un sujet tabou pour beaucoup de personne (je suis la seule dans la famille à les utiliser), et je ne suis pas prête à les utiliser pour le cas numéro 2 (la grosse commission quoi) donc il y aura toujours du papier à dispo !

Si non il existe aussi du papier « recyclé », des rouleaux tissus tout fait …. »

M.A.S

Une Famille Normande vers le ZD- Le recyclage !

Le recyclage, l' »up-cycling », les brocantes, les foires à tout…Bref, le R de Ré-utiliser 
Depuis nos premiers achats d’occasion…
Il y a un 16 mois, naissait notre petit rayon de soleil. Et je dois dire que c’est là que nous avons pensé aux achats d’occasions. Bassinés par les besoins créés pour les nouveaux jeunes parents, affolés par les prix pratiqués en magasins de puériculture, nous nous étions tournés vers le bon coin, et Bambins Malins pour les vêtements. Je vous en parlais dans le tout premier article ZD je crois! Et bien depuis, je dois dire que nous avons étendu nos possibles! 
De nouveaux vêtements, mais pas de vêtements neufs! Avec la désormais célèbre application Vinted, plus besoin de courir les foires à tout, je peux tranquillement depuis mon canapé faire du shopping! Et tout ça en discutant avec les vendeuses, le plus souvent sympa ! Je dois dire que je vends aussi quelques pièces de mon armoire (même si je n’ai plus énormément de choses, je n’ai jamais été une fashion victim, et je donne de temps en temps à Emmaüs). C’est comme ça que pour ma seconde grossesse, j’ai pu me rhabiller à ma taille ! 🙂 Sans stress, livrée quasiment à domicile, en bas dans le village mon fleuriste fait point relais! Bien sur, pour les enfants j’adore aller en boutique d’occasion, c’est sympa aussi de pouvoir voir les articles! En campagne pour le moment, pas trop de boutiques d’occas’ pour adultes! 
Avec un peu d’huile de coude, on restaure, on bricole, on aménage notre cocon! Je dois dire que j’ai également découvert la satisfaction personnelle de redonner vie à de vieux meubles, de vieilles pièces de déco! Pour chiner, il y a moultes possibilités ; les traditionnelles foires à tout, Emmaüs, les vides-grenier, les magasins de vieux meubles (il y en a un nouveau juste à côté de chez nous!), sans oublier le bon coin, vinted (aussi pour la puériculture).Du coup, j’apprends beaucoup sur les techniques de base sur internet (vive les tuto youtube de Bernard qui ponce ses meubles anciens pour leur donner une seconde jeunesse!), je me suis fait un stock de pinceaux, papier de verre, et j’essaie de trouver les pépites qui s’intégreront parfaitement à notre maison! 
On peut dire aujourd’hui, et c’est un grand pas, car je crois qu’il y a encore quelques années j’étais comme beaucoup dans le « fast fashion », je consommais double en période de soldes, je n’allais pas voir l’étiquette « made in… » (surtout entre vous et moi « made by… », parfois j’imagine des enfants fabriquer mon t-shirt et je me dis : « ok, on va s’en passer !! »). La prochaine étape ? Essayer de consommer local même pour les vêtements (fait en France ce serait le top!) . C’est un budget, mais certainement plus durable et éthique que du vinted compulsif de vêtements fabriqués à fort fort lointain. 
En Normandie, … on cultive pas du lin textile? 
Sur ce, à la prochaine! 

Charlotte

Une famille Normande vers le ZD-Notre cuisine vers le Zéro Déchet

Revoici notre famille Normande plus engagée que jamais pour nous faire partager leur quotidien , cette fois ci au niveau de la cuisine !
« Notre cuisine vers le ZD »
Très vite, je me suis rendue compte que pour nous, l’imprévu était synonyme de pic de production de déchets! Invitation à l’improviste, repas non prévu et hop, les poubelles se remplissent en un temps record. Pour y parer, en fait il y nous avons quelques astuces…
Les courses, le point central de gestion des déchets 
Ça y est, on peut dire qu’en 6 mois, nous avons une routine de courses, avec le matériel qui va bien : sacs à vrac, sacs en papier kraft pour les légumes, qu’on prend à chaque fois avec les sacs de course, et surtout avec le circuit de courses : légumes et fruits à la ferme, pain d’un paysan meunier boulanger une fois par semaine, viande à la ferme une fois par semaine également (et oui, ils acceptent de la mettre dans ma boite!), … et avec une séries de bocaux de produits secs achetés en vrac une fois de temps en temps (car nous n’avons pas en local une grande offre de vrac). En fait, nous essayons de mettre des sacs de courses et sacs à vrac dans la voiture, dans notre sac, pour éviter l’imprévu de la course de dernière minute « sur la route ». Ce qui est le plus dur, c’est de se séparer des produits industriels comme les biscuits, le chocolat, les biscuits apéro.Je pense repasser du temps à glaner des recettes faciles et rapides de biscuits secs salés ou sucrés!
 
Les produits ménagers
Cela avait débuté dans la salle de bain, mais en fait les mêmes produits fonctionnent tout aussi bien dans la cuisine : vinaigre, bicarbonate, .. .il nous reste quand même deux points flagrants d’amélioration : trouver un liquide vaisselle (ou autre alternative) qui soit tout aussi dégraissant / lavant que le liquide industriel, et puis les pastilles lave-vaisselle  ou de la poudre à faire… Mais Rome ne s’est pas fait en un jour! Il faut aussi que je cloue une planche pour fabriquer des tawashi, petites éponges en récupération de tissus, tressés pour faire la vaisselle. Pour me motiver, j’ai motivé ma voisine, un petit atelier est donc prévu prochainement !!
Nous avons aussi banni le papier cellophane, ce papier fin en plastique qui roule toujours sur lui-même, qui colle et je de toute façon je n’arrivais jamais à couper droit! Maintenant, j’utilise des charlotte pour plat, que j’ai cousu en tissu en coton enduit, et puis nous avons aussi banni le papier cuisson, nous avons des moules que je beurre et que je farine … à l’ancienne!
En six mois, nous avons aussi accueilli Ginette et Georgette, nos deux poulettes! Un petit poulailler de récup, peint aux couleurs vives, quelques mètres de clôture, et voilà nous ne jetons plus de restes de nourriture. Les poulettes en sont ravies, et nous produisent de bons oeufs frais (pondus sans emballage!) ..
Allez, nous sommes sur la bonne voie !! 🙂 Charlotte

une famille Normande vers le ZD-La motivation dans la démarche ZéroDéchet

Ahhhhhhhhhhh les baisses de motivation, les questions, les doutes j’en passe et des meilleures et bien c’est aussi NORMAL dans la démarche zéro déchet , je dirai même que c’est cela qui nous fait progresser !

Nous avons donc ci dessous des nouvelles de notre famille Normande, merci à Charlotte de nous avoir envoyé un nouvel article toujours plein de dynamisme et d’humour !

« Le yoyo de ma motivation ZD »

Voilà des mois que je n’ai pas écrit ou relaté nos efforts quotidiens… Surement parce qu’après avoir mis en place quelques choses des plus évidentes, celà se complique un peu. Après avoir vu rapidement les quantités de déchets diminuer, nous sommes arrivés à un point de stagnation. Une fois les bouteilles en plastiques éliminées, les cotons lavables cousus, les produits ménagers fabriqués, les courses en vrac initiées, le sac à pain toujours à portée de main… le quotidien nous a rattrapés et parfois, nous avons cédé à la simplicité des biscuits industriels, de la consommation de gel douche en bouteille et de lessive en bidons… tout celà en yoyo.
C’est ce que j’appelle notre « yoyo de la motivation ».

Je ne me sentais plus si légitime pour partager notre expérience! Non pas que je nous considère comme un modèle (loin de là, nous avons débuté notre démarche il y a 6 mois), mais je pensais que ce serait une douce pente régulière vers le presque ZD.
Quenini !!

Nous avons essuyé quelques échecs. Notre poubelle de plastique débordait dès qu’on recevait du monde par exemple.
Je pense avec un peu de recul que tout est question d’organisation, et d’affirmation de son mode de consommation. En effet, chez nous, il n’y a plus de jus ou autres boissons sucrées en bouteille plastique (quelques copains viennent avec une bouteille de CO**-C*LA pour leurs enfants, d’autres les habituent au citron/ eau ou eau sirop, .. quand ils sont invités chez nous). Nous essayons aussi les apéros alternatifs : houmous de pois chiche, dips de carottes ou de betteraves rouges en fonction des saisons …

Deuxième échec : les savons gel douche et shampoing. J’ai cédé aux sirènes des gel douche et surtout je dois dire shampoing liquide. Mais je vais perséverer. Je n’ai pas abandonné le dentifrice solide, peut être que mon shampoing solide n’est juste pas adapté à ma masse capillaire 🙂 Et je dois aussi trouver le temps de coudre un porte savon/ porte shampoing solide pour emmener à la piscine par exemple!

Ces phases de « rechute » m’ont appris quelque chose : la sur consommation me parait « anormale » et je ne pourrais plus consommer comme je faisais auparavant. Je pense qu’une fois que j’ai eu conscience de mon impact sur les dechets, je ne peux plus acheter sous plastique sans avoir des remords… Donc parfois je lache du lest en me disant que c’est occasionnel, mais le plus souvent, je remets en question l’achat en tant que tel, et j’essaie de trouver des alternatives. Il faut surement un peu de temps car tout est disponible tout le temps avec un max d’emballage, c’est une démarche volontaire et qui demande quand même un minimum de conviction et d’inventivité, mais ça en vaut la peine! Alors, à tous ceux qui comme moi ont eu des coups de mou, des envies de retourner dans le monde de la consommation tout plastique tout industriel … c’est normal, et ce n’est que passager ! 🙂

Ce qui m’aide et me motive (au delà de la motivation personnelle) c’est de pouvoir échanger avec d’autres personnes qui elles aussi essayent de réduire les déchets, de moins jeter, et qui sont dans la meme dynamique, alors pour ça , vive les asso, les comptes instagram des personnes engagées, les colibris qui communiquent … inspirants et fédérateurs! « 

 

D’ailleurs nos bénévoles vous le diront être ensemble même un peu, pouvoir partager nos astuces,nos doutes, se refiler les bonnes adresses, recettes… nous aide à progresser dans la bienveillance. Alors n’hésitez pas, si vous voulez nous rejoindre pour nous aider en partageant votre expérience, c’est avec plaisir que nous vous accueillerons !

 

M.A.S